GRAND PARIS MéTROPOLE
26/07/10
Grand Paris et petites combines

Le Grand Paris, chantier sarkozien du 21ème siècle de réorganisation de l’Ile-de-France est un projet taillé sur mesure pour faire de notre région une place financière forte, concurrente de la City à Londres. Place articulée autour de grands pôles de compétitivité, reliés entre eux par un métro grand huit de 130 km.  Pour Brigitte Gonthier-Maurin, Sénatrice des Hauts-de-Seine « le problème de financement du futur métro, estimé à 21 milliards d’euros, n’est pas assuré.  Car outre, les 4 milliards apportés par l’Etat, le projet sera assis sur une valorisation foncière des territoires sis autour de la quarantaine de gares que comporterait le projet. Autant dire, que cette spéculation foncière sera facteur d’exclusion des populations les moins favorisées ».

Ce projet fait bien sur sens avec un ensemble plus vaste de réformes, singulièrement celle des collectivités territoriales et de la suppression de la taxe professionnelle. L’Etat travaille à un désengagement sans précédent du financement des collectivités et donc du service public pour faire place nette au privé.

Le projet du grand Paris a été fortement critiqué dès le départ par les élus de gauche, puis sanctionné lors des dernières élections régionales, il est aujourd’hui privé de son pilote Christian Blanc, démissionnaire forcé, et frappé par les restructurations budgétaires d’Etat. Puis, dernier épisode en date, Sarkozy s’arrange pour faire élire à la tête du Conseil de surveillance de la société du Grand Paris, André Santini, Maire d’Issy-les-Moulineaux, grâce aux seules voies des fonctionnaires d’Etat, contre l’avis des Présidents de Conseils généraux, du Président du Conseil régional et du Maire de Paris . Un nouveau déni de démocratie !

Pour Christian Favier, Président communiste du conseil général du Val de Marne : « Paris et sa banlieue ont besoin d’un projet permettant de réduire les inégalités sociales et territoriales en Ile-de-France, alors que ce projet ne fait que les renforcer ».

 

 

Pour réagir à cet article, écrivez-nous à contact@pcf92.fr