ACTIONS/RÉACTIONS
11/04/16
Lutte(s) contre le racisme : des enjeux politiques de premier plan

A quelques jours du débat du 15 avril à Boulogne-Billancourt, trois questions à Maryse Tripier, Sonya Nour et André Landrain :

Pourquoi avoir, avec la commission « lutte contre le racisme, pour l’égalité des droits » du PCF, élaboré cette note d’une trentaine de pages, devenue contribution pour le congrès ?

Nous avons été motivés à écrire ce texte par l'urgence de la situation, la montée des insultes et des discriminations, des actes violents. La France est montrée du doigt en Europe. Nous avons voulu montrer que le racisme est un rapport social de domination, comme le sexisme, et pas simplement une idéologie néfaste. Nous avons souhaité que l'antiracisme politique devienne une porte d'entrée dans notre parti pour de nombreux jeunes des quartiers populaires

Que pensez-vous des déclarations récentes de Manuel Valls ?

L'attitude du gouvernement nous a aussi motivés. Il hiérarchise les racismes, confond antisionisme et antisémitisme, il oppose le droit des femmes à l'Islam, et se comporte comme un pompier pyromane.

Les immigrés et les migrants ne sont pas les seules victimes de la banalisation du racisme. Mais la xénophobie est aussi au cœur des politiques qui provoquent des dizaines de milliers de morts aux frontières de l’"'Europe forteresse", qui bafouent le droit d'asile… 

Cette contribution fait débat dans le PCF : sur quels points, en particulier ?

Les idées qui font débat dans le PCF portent sur la convergence des luttes antiracistes entre divers mouvement plus anciens et de nouveaux mouvements qui s'appuient exclusivement sur certains groupes (les ex colonisés, les Noirs).

La question de l'islamophobie, comme notion, est discutée, ainsi que son usage par certains mouvements féministes qui opposent les luttes ; enfin la question du racisme touche à celle de la laïcité dont l'interprétation fait débat.

 Pour lire la contribution : http://congres.pcf.fr/82787