SANTé
02/10/15
Non à la fermeture des centres d'accueil de la CPAM 92

Fermeture des centres d’accueil de la CPAM 92 : un projet inacceptable
qui s’attaque une fois de plus aux populations les plus fragiles

 

 

Communiqué du groupe Front de gauche et Citoyens (Parti Communiste Français – Gauche Citoyenne) au Conseil départemental 92

Après avoir fermé dix-huit de ses quarante centres locaux dans le département en 2013, la Caisse Primaire d’Assurance Malade vient d’annoncer la fermeture de onze centres supplémentaires. Ce projet imposé sans aucune concertation portera à plus de 70% le taux de ces structures de proximité fermées en moins de trois ans.

Nous condamnons avec la plus grande fermeté ce nouveau plan de destruction du service public de proximité qui se retrouve une fois de plus sacrifié sur l’autel de la réduction des dépenses publiques. Sur les trente-six villes que comptent les Hauts-de-Seine, seules onze d’entre elles bénéficieront encore d’un centre local de l’Assurance Maladie.

Cette décision aberrante prive une large partie des Alto-séquanais d’un accueil de proximité pourtant indispensable aux populations les plus fragiles : personnes âgées, handicapées, en situation de grande pauvreté ou qui ne peuvent se déplacer.

Nous réaffirmons avec force que les liens physiques du service public de proximité ne peuvent en aucun cas être pris en otage alors que dans le même temps, les exonérations de cotisations sociales offertes aux grandes entreprises se chiffrent par milliards – et ce sans aucune contrepartie.

Nous souhaitons en outre rappeler aux décideurs de ce plan injuste que le service public est le seul patrimoine de ceux qui n’en ont pas. Nous invitons par conséquent les usagers de ces centres à s’unir pour lutter ensemble contre la remise en cause permanente de l’importance et de l’utilité des services publics de proximité.