PRéSIDENTIELLES ET LéGISLATIVES 2012
12/06/12
Législatives : Déclaration de Brigitte Gonthier-Maurin

Le premier tour des élections législatives confirme la volonté des Françaises et des Français de tourner la page de la droite.

Mais l’élection de dimanche confirme également une forte abstention et une bipolarisation accrue qui gomme la diversité de la vie politique française. La présidentialisation forcenée, tout comme l’inversion du calendrier électoral minorent et dénaturent la portée du scrutin législatif. C’est un grave problème démocratique que seule une ambitieuse réforme institutionnelle promouvant une VIème République, une république des citoyens peut résoudre.

Le Front de gauche, qui obtient nationalement 7% des suffrages et, avec 49448 voix, 8,95% dans les Hauts-de-Seine, confirme son enracinement national et départemental et constitue la deuxième force de gauche. Ce résultat ne suffit pas pour permettre la réélection de Marie-Hélène Amiable dans la 11ème circonscription et celle de Roland Muzeau dans la 1ère circonscription alors même que ceux-ci enregistrent une progression en pourcentage et en voix par rapport aux scores des législatives de 2007 et celui de Jean-Luc Mélenchon à la présidentielle. Le bon résultat obtenu par Jacqueline Fraysse dans la 4ème circonscription la place en tête de la gauche. Tout doit être mis en oeuvre pour sa réélection. J’appelle à la mobilisation dans les toutes les circonscriptions pour battre la droite.

Car, dans la foulée de l’élection de F. Hollande, il est maintenant possible de produire un large rassemblement et d’élire une majorité de gauche à l’Assemblée nationale dimanche prochain.

Au sein de cette large majorité, un groupe Front de gauche peut également y être représenté. Nos concitoyens pourront compter sur leurs députés pendant les cinq prochaines années de cette nouvelle mandature. Elles et ils auront à coeur de poursuivre avec acharnement les combats menés avec détermination par Marie-Hélène Amiable et Roland Muzeau pour le pouvoir d’achat, un SMIC porté à 1700 euros, l’interdiction des licenciements boursiers, la contestation d’une Europe des affairistes et pour une Europe des citoyens, pour la défense et la promotion de services publics comme l’Ecole, le logement social, la santé, au service du recul effectif des inégalités. C’est la feuille de route que les communistes se fixent pour les prochains jours et semaines.

Je tiens à remercier chaleureusement les militantes et militants, les candidats du Front de gauche qui ont oeuvré de toutes leurs forces pour porter les propositions de notre programme l’Humain d’abord, ainsi que les électrices et les électeurs qui leur ont apporté leurs voix.

Nanterre, le 11 juin 2012