LOGEMENT
30/01/12
Annonces de N. Sarkozy sur le logement : Des mesures qui ne feront qu'aggraver une situation déjà explosive !

Communiqué de Presse de Brigitte Gonthier-Maurin, Secrétaire Départementale PCF et Sénatrice des Hauts-de-Seine

Au terme d’un quinquennat marqué par l’aggravation de la crise du logement et la volonté d’en finir avec le logement social pour tous, N. Sarkozy annonce des mesures qui ne favoriseront que les promoteurs immobiliers et les propriétaires.

"Nous avons décidé que pour les trois ans qui viennent, tout terrain, toute maison, tout immeuble, verra ses possibilités de construction augmenter de 30 %", a-t-il expliqué.
En clair, cela signifie que les promoteurs immobiliers pourront bâtir 30% de surfaces supplémentaires sur un même terrain. Les propriétaires de terrains pourront ainsi les vendre plus cher et aggraver la spéculation immobilière.

De plus, c’est une prime pour les ménages qui sont déjà propriétaires qui se verront accorder la possibilité d’augmenter la taille de leur logement de 30% de plus, à surface égale, sans permis de construire. Cela vise les 13 millions de propriétaires de leur maison individuelle.

Alors que nous comptons 1,2 millions de demandeurs de logements et des millions d’autres mal logés, ces mesures ne résoudront en rien la crise du logement que traverse notre pays. Au contraire, cela ne peut qu’aggraver une situation déjà explosive.

Il faut faire du logement un droit et une priorité nationale, c’est ce que propose le Front de gauche. Préconisant un plan d’urgence pour le logement et contre la spéculation immobilière, le Front de gauche propose que le logement locatif social soit reconnu comme le logement universel accessible à tous.

A cet effet, 200.000 logements publics sociaux seront construits chaque année pendant cinq ans ; le budget logement sera porté à 2% du PIB.

A cela, s’ajouteront les mesures suivantes :
- Interdiction des expulsions locatives ;
- Revalorisation de l’APL ;
- Suppression du surloyer ;
- Loi de réquisition des logements vacants ;
- Création d’un service public national et décentralisé du logement, de l’habitat et de la ville ;
- Application résolue de la loi SRU élargie.

Nanterre, le 30 janvier 2012